Scroll To Top
S'il vous plaît, attendez.

Je suis le chargement.

Catégories
OK
Sélectionnez une ou plusieurs de catégories























Sélectionnez une ou plusieurs de catégories
OK
Appellations
OK
Sélectionnez un ou plusieurs de appellations




























































Sélectionnez un ou plusieurs de appellations
OK
Smaakprofielen
OK
Sélectionnez un ou plusieurs profils de saveur

Vin rouge



Vin blanc



Vin moëlleux



Vin rosé


Sélectionnez un ou plusieurs profils de saveur
OK
Domaines
OK
Sélectionnez un ou plusieurs de domaines




















































































































Sélectionnez un ou plusieurs de domaines
OK
Raisins
OK
Sélectionnez un ou plusieurs de raisins




























































































































































































Sélectionnez un ou plusieurs de raisins
OK
Plats
OK
Sélectionnez un ou plusieurs de plats

Poisson




Crustacés et mollusques









Viande









Dessert










Apéro


Préparation








Sélectionnez un ou plusieurs de plats
OK
Gamme de prix
OK
Déterminez votre gamme de prix:
OK
Déterminez votre gamme de prix:
OK

Appelons un chat un chat !

Le Belge, et tout particulièrement le Flamand, a été pendant quelques années le plus gros consommateur de Cava au monde. Nulle part ailleurs il ne s’est écoulé autant de Cava que chez nous! D’habitude, les producteurs d’un produit qui connaît un tel succès tentent de consolider leur marché et s’ils s’y prennent bien, son prix augmente petit à petit. Mais pour le Cava, c’est exactement l’inverse qui s’est passé. Dans une tentative de conquête de parts de marché à tout va, les grandes chaînes de distribution ont déclenché une véritable guerre du Cava en Belgique. L’objectif étant de proposer du Cava toujours moins cher. La plus connue de ces marques bradées, sans doute, est Gran Barón, qui, chez Colruyt, a été proposée entre 3,49 en 3,99 euros la bouteille, ce qui en faisait sans doute la bulle la moins chère du marché belge. Gran Barón est une marque distributeur produite par Valformosa, un groupe familial du Penedès, qui, en à peine 10 ans, est devenu un des plus gros producteurs de Cava.

Un autre acteur important de cette spirale baissière a été le groupe Garcia Carrión qui, au départ surtout actif dans le sud de l’Espagne, notamment à Jumilla, s’est développé dans le Penedès en rachetant Jaume Serra ; jusqu’à devenir un des plus gros producteurs de bulles au monde, au travers de marques comme Jaume Serra, Arte Latino ou Cristalino…

Noblesse oblige, les grandes marques de réputation comme Freixenet et Codorniu n’ont jamais participé à cette course aux prix bas. Ils proposent certes des produits bon marché à la distribution, mais jamais aux prix ridicules de certains autres opérateurs.

Il va sans dire que les petits domaines familiaux, avec lesquels nous avons toujours travaillé, n’ont jamais pu suivre cette course effrénée aux prix bas. Tout juste ont-ils pu maintenir leurs prix au fil des années. L’Etat belge a également joué un rôle négatif en la matière, en augmentant les accises sur les vins mousseux (celles-ci ont été presque doublées en 2 ans!); au point que notre pays a maintenant le niveau d’accises le plus élevé d’Europe derrière l’Irlande, tandis que dans le même temps, nos voisins bataves ont décidé de diviser les leurs par deux ! Vive l’Europe et merci à sa fantastique harmonisation fiscale qui donne ainsi-à certains pays des avantages compétitifs écrasants pour les autres. Et vive la concurrence, pas vrai?!

Aujourd’hui, les accises belges sur une bouteille de Cava sont de l’ordre de 2 euros. Le transport coûte entre 10 et 35 centimes la bouteille, selon les quantités.
Faisons le calcul: une bouteille de Cava Recoda est vendue actuellement 4,49 euros chez Colruyt. Soit 3,55 hors TVA. A cela, nous devons encore soustraire 2,10 euros pour les accises et le transport. Reste donc 1,45 euro. Si l’on enlève encore la marge de Colruyt, qui n’est pas une oeuvre de bienfaisance, et doit donc faire du profit, il reste sans doute moins d’un euro pour le producteur. C’est plus ou moins le prix de l’eau…

Il faut aussi tenir compte du prix de la bouteille (plus chères que les bouteilles normales, car elles doivent résister à la pression), de l’étiquette, de la capsule et du muselet. Ne reste plus guère, pour le contenu de la bouteille qu’un peu moins de 40 centimes d’euro. La production se chiffre en millions de bouteilles, aussi bon nombre de producteurs de raisin doivent-ils le vendre par contrat à des prix au kilo totalement ridicules. Et voilà comment un produit fantastique s’est cassé la figure en à peine 10 ans de temps. Mais pourquoi le consommateur se ferait-il du souci, tant que le Cava est bon marché?

Le marché des Cavas des petits producteurs, lui, souffre. Année après année, à La Buena Vida, nous avons vu nos ventes de Cava régresser. Personnellement, je trouve obscène de discuter du prix d’un produit que les vignerons essaient d’améliorer en permanence, et qui est déjà bon marché. Qu’est-ce que 10 ou 15 euros pour un produit souvent issu de raisins bio, travaillé de façon totalement artisanale, et dégorgé à la main?

Nous avons été pour le moins étonnés, il y a une dizaine d’années, quand la prestigieuse maison de Cava Gramona a décidé de travailler totalement en biodynamie. C’était là l’aboutissement d’une recherche de perfection et d’authenticité sans véritable équivalent dans le petit monde des bulles espagnoles. L’étape suivante a été de chercher à créer son propre label de qualité. Ce fut chose faite avec Corpinnat en 2018.

Quelques années auparavant, une autre scission s’était déjà produite lorsque quelques petits producteurs autour de Josep-Maria Albet i Noya avaient décidé de créer leur propre appellation au sein de la DO, Penedès, “Classic Penedès”. La stupide politique commerciale de la D.O. Cava a donc abouti à ce que les meilleurs producteurs sortent de la DO, et qu’il n’y reste que ceux qui n’ont pas d’autre choix.

Suivez bien notre blog, car vous y trouverez plus d’infos sur les exigences qualitatives comparées de Corpinnat et de Cava. C’est très instructif. A voir aussi, entre autres, le petit film sur Gramona. (lien vers le film de Gramona)

A votre santé !

Panier

Le produit est ajouté temps à votre panier.
Poursuivre les achats Panier

Panier

Trouver votre vin parfait?

Donnez-nous 30 secondes de votre temps et nous vous aiderons.

Oui, aidez-moi à trouver mon vin idéal Non merci, je voudrais pour se retrouver
Fermer

Attention!

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre comportement sur le site Web.
Certaines fonctionnalités dépendent de ces cookies.
Si vous voulez plus d’informations sur notre politique de cookie, il est possible de consulter cette page.